Cupidon, prends garde à toi !

Saint Valentin au Pershing Hall

 

Même en pleine crise, la modernité sait toujours s'enflammer pour de nobles causes et trouver les bons arguments pour nous rendre chaque jour un peu meilleur.

Qu'il soit question d'arrêter de fumer ou d'amour.

Aussi, en la matière, fini les timides effeuillages de marguerites, fini les bans publics où l'on s'abandonne l'un contre l'autre à la mièvre contemplation de l'eau filant le long des quais, fini les innocentes papouilles dans le silence d'une nuit incertaine, aujourd'hui l'amour se déclame et se proclame, se démontre et se scénarise, enfin, pour tout dire, se matérialise en une explosion d'attentions et de projections, et ceci en un jour bien précis : la Saint Valentin !

Heureusement, restaurateurs et hôteliers ne manquent pas d'imagination pour tenter le diable qui sommeille toujours en nous, et proposer des réjouissances à la mesure de l'enjeu, tout cela dans une variété de propositions et de prix, afin que ce soir là, il y en ait pour tous les goûts et pour toutes les bourses.

A ce titre, ne cherchez plus un hôtel à Venise, ils sont déjà presque tous complets. Reste Londres la frénétique, avec le myHotel Chelsea qui fête dignement l'évènement version "naughty" ou "angel", avec ses "love rooms".

Sinon pour les Parisiens un peu casaniers, reste la possibilité de jouer à domicile, de profiter de Paris, et pourquoi pas, du restaurant-hôtel le Pershing Hall.

Au programme de cette Saint Valentin hip, des cocktails au champagne et à la rose, un repas aux épices, des soins spa pour Madame (ou Mademoiselle !) et un chambre douillette, le tout pour 550€ à deux, avec en prime un petit cadeau. Le détail des prestations directement auprès de l'hôtel.

Toujours à Paris, et presque pour le même prix, le Marceau Bastille ne propose aucun dîner, mais une 1/2 bouteille de champagne Deutz et des chocolats Hévin, pour s'aimer plus longtemps, jusqu'à deux nuits même, en chambre Privilège, avec un départ tardif, au cas où on ne réussirait plus à se séparer.

Et pour les éternels résistants, tous ceux pour qui l'amour ne saurait s'abandoner à de trop visibles icônes, tous ceux à qui il semble impensable que leur désir se mette assurément au garde à vous un jour précis, qu'ils se rassurent, le calendrier leur offre le reste de l'année pour s'aimer comme ils l'entendent !